Photo par SIMON LEE

Recours contre son internement

Nouvelles du 20 novembre 2021 — Article de Le Courrier du 21 octobre : Recours contre son internement 

Nous avons le plaisir de vous remettre notre 7ème courriel vous informant de l’évolution de la situation de Christian (nom d’emprunt). L’article de Le Courrier, paru le 21 octobre, nous permet de revenir sur la question de l’établissement approprié pour effectuer un traitement psychiatrique. Vous pouvez lire cet article directement en ligne ou sur notre site web   

À nouveau cet article met le doigt sur la détention de Christian (nom d’emprunt), illicite en regard du Code pénal. Certainement que le personnel du SMPP (Service de médecine et de psychiatrie pénitentiaire) est qualifié pour assurer des traitements psychiatriques. Il n’en est pas moins que nous constatons que l’offre de soins se limite essentiellement aux interventions d’urgence auprès de patients ne supportant pas les conditions de vie carcérale. On ne peut pas parler de traitement de troubles psychiques graves lorsque ce traitement consiste à assurer tant bien que mal un entretien de soutien par mois et à donner des médicaments neuroleptiques.

Les patients psychiques, après de sérieuses crises, ont besoin de pouvoir entreprendre un travail de reconstruction, de réparation du passé et de réhabilitation sociale pour pouvoirréintégrer la société. Ils ont besoin par exemple d’ateliers à visée thérapeutique, d’activités de type socio-thérapeutique, toutes ces activités encadrées par du personnel spécialisé et cela dans des locaux spécifiques. Ces locaux, comme le dit le Code pénal, art.58,al.2, doivent être séparés des espaces réservés aux détenus de droits communs exécutant des sanctions. Effectivement, le véritable travail thérapeutique ne peut se réaliser, sur la durée en milieu carcéral. Rappelons que les prisons sont pensées et prévues et construites, avant tout, pour l’exécution de sanctions.

Selon cet article de Le Courrier, si nos calculs sont justes, ce sont 32 patients qui vivent l’injustice de la détention en prison sans date de sortie, sans véritable traitement visant à la restauration de la santé. Le préjudice de ces injustices peut être considérable, sans parler des effets collatéraux sur les proches de ces patients-détenus. 32 patients … de quoi justifier la construction d’un lieu thérapeutique fermé digne de ce nom.  N’est-ce pas ?

Actuellement, nous sommes dans l’attente de la nouvelle ordonnance de l’OEP (Office d’exécution des peines) qui confirmera par écrit que Christian restera encore de longs mois en prison pour observation et sans soins spécifiques, jusqu’à l’été 2022.

Liens utiles :Facebook Free Christian :  https://www.facebook.com/groups/2863825963934025

Nous avons aussi besoin de votre soutien financier : Graap-Association – AMPP – BCV – IBAN  CH52 0076 7000 R539 5635 ou Faire un don en ligne.

Partager avec les autres

Shares

Article précédent

Article suivant

Article précédent

Article suivant

AUTRES ARTICLES

Continuer la lecture

Le chemin du rétablissement…entre contrainte et acceptation : l’Ilôt vous invite à une rencontre co-organisée avec le CHUV et le GRAAP, le 22 novembre 2021

13 novembre 2021

Le chemin du rétablissement…entre contrainte et acceptation » : l’Ilôt vous invite à une rencontre co-organisée avec le CHUV et le GRAAP, le 22 novembre 2021 à 19h, au Grand Auditoire Consultation Boston de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Avenue...

LIRE

EN SAVOIR PLUS

De qui est composé le comité ?

Trouvez plus d'information sur le sujet en suivant le lien ci-après