graap-068

CoPoSoc ?

La CoPoSoc, qu’est-ce que c’est ?

Avez-vous peut-être entendu parler de la CoPoSoc ? Ce nom est, en fait, celui de la Commission de Politique Sociale du GRAAP qui a été fondée il y a 4 ans.

En janvier 2012, le GRAAP s’est séparé en deux branches, avec d’un côté, l’Association et son comité, et de l’autre, une Fondation avec son Conseil.

Le Comité du Graap-A avait un temps de rencontre limité et des dossiers complexes à traiter. Il était donc pertinent de créer un lieu particulier où mener plus intensément des réflexions nombreuses conduisant à éclaircir des problématiques d’actualité, recommander et proposer des actions, par exemple.

Les discussions porteraient sur des sujets politiques concernant les personnes vivant avec la maladie psychique.

La Commission de Politique Sociale, la CoPoSoc, confirmait là son utilité.

Mais, en dehors de ses Majuscules et minuscules…, la CoPoSoc, c’est d’abord des gens et, en particulier :

Madeleine PONT, très présente… d’une rive à l’autre du GRAAP, avait participé à la création de la Fondation ainsi que de l’Association. Elle faisait aussi partie du Comité et s’inscrivit naturellement dans l’horizon de la Commission. Cela a permis de garder un lien proche et bienvenu entre les activités des deux organismes.

Mais cette… tête de pont venant de prendre sa retraite, un autre dynamisme devait se reformer. Comme animateur de la CoPoSoc (c’est-à-dire «celui qui donne une âme» !), voici Robert JOOSTEN, 40 ans, et, pour le seconder dans cette tâche vitale, rien moins qu’un prénommé Jésus … GARCIA, 51 ans. Tout un programme !!!

Robert est né en Suisse, de parents hollandais. Il se sensibilise aux particularités helvétiques et plus spécialement à ses institutions.

La politique, le pouvoir effectif de l’électeur, le désir de servir et de prendre part à l’amélioration de son environnement n’ont cessé de le mobiliser dès son enfance.

Les implications de Robert grandissent et l’absence de passeport suisse commence vraiment à le frustrer mais contribue aussi à développer sa plus grande réceptivité aux conditions voire aux injustices vécues par les étrangers et son intérêt pour la défense des démunis.

Un master en mathématique en poche, il met un passeport helvétique dans l’autre poche… puis, de fil en aiguille (on laisse l’aiguille, on suit le fil…), se retrouve au Graap, il y a 10 ans, écrit dans «Diagonales», saisit l’occasion de reprendre le poste de Webmaster et s’occupe plus particulièrement des activités liées à la politique sociale : organisation de soirées–conférence à thème avec invité, etc. Quand la 5ème révision de l’A.I. sera d’actualité, il participera activement à la récolte de signature, coordination, etc.

Oui, c’est vrai, si vous trouvez un gars réfléchi, cohérent et conséquent, il y a de grande chance qu’il ressemble à Robert !

Jésus, lui, est né en Espagne et a une formation d’informaticien. Arrivé en Suisse en 1999, il est vivement intéressé par l’originalité de la démocratie directe et ses conséquences concrètes. L’envie de participer, d’agir et d’améliorer son environnement le démange.

Lorsqu’il sera atteint dans sa santé, il se frotte à des lacunes dans la compréhension de sa situation, des injustices et des rejets. Devenu travailleur A.I. au Graap, il participera à l’atelier bureau, à l’animation, au forum et à Créasite. L’envie de faire valoir sa voix le démange toujours…

Lorsque deux personnes motivées, expérimentées et… démangées se rencontrent, cela donne un dynamisme certain et, pour Robert et Jésus, un credo :

La politique sociale est la volonté, la décision et la responsabilité de tous.

La CoPoSoc est donc un lieu que l’Association peut consulter, un lieu pour réfléchir, partager, «polliniser» des forces, passer de l’expérience personnelle à une possible concrétisation des idées et faire entendre sa voix.

Les thèmes de réflexion sont amenés par le Comité du Graap-Association mais souvent par les membres de la Commission eux-mêmes, parfois relayant ainsi de manière bienvenue les préoccupations et questions de chaque personne atteinte dans sa santé mentale. Mais différents thèmes d’actualité prennent aussi naturellement leur place à la CoPoSoc car ils concernent rapidement, et quelquefois douloureusement, le quotidien très concret des personnes fragilisées.

Le quotidien et le concret : les membres de la CoPoSoc connaissent… : ils y réfléchissent certes mais surtout, ils les vivent.

Récemment, les implications et carences de la 6e révision de l’A.I. ont été source de bien des réflexions et critiques partagées. L’étude de l’initiative populaire «Pour le remboursement des soins dentaires» a nourri les débats de même que les conséquences des réseaux de soins «Managed Care» en vue des votations. Concernant ce dernier thème, des propositions concrètes ont été faites au Comité qui, rappelons-le, a un pouvoir exécutif.

La position de la CoPoSoc a convaincu et a été suivie.

C’est un lieu où le concret peut être amené, examiné, réfléchi et précisé avec l’opportunité d’y trouver une décision à prendre, une position à occuper et une solution à proposer.

Cherchez-vous un lieu pour mieux comprendre, réfléchir et décider de ce que vous vivez ? Cherchez-vous à rendre votre expérience utile à d’autres ? Cherchez-vous un tremplin où vos idées trouveraient de l’énergie ?

La CoPoSoc a vraiment besoin de vous. Vous y avez une place. La CoPoSoc vous attend…

Dominique Ruef, atelier Rédaction, Lausanne

Partager avec les autres

0Shares
0 0

Article précédent

Article suivant

Article précédent

Article suivant

AUTRES ARTICLES

AUTRES ARTICLES

EN SAVOIR PLUS

De qui est composé le comité ?

Trouvez plus d'information sur le sujet en suivant le lien ci-après