Situation de la prise en charge des personnes atteintes de troubles psychiques en Suisse

Contexte du projet de recherche

Sur mandat de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), le bureau d’études BASS et la Hauteécole des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) mènent conjointement un projet visant à analyser le système de prise en charge médicale des personnes en proie à des troubles psychiques en Suisse. L’offre psychiatrique actuelle est-elle qualitativement satisfaisante ? Est-il nécessaire de l’optimiser et, si oui, comment ? Est-elle lacunaire ou excédentaire dans certains domaines, dans certaines régions ou pour certaines catégories de personnes ? Est-elle, en outre, appropriée (prise en charge adéquate/ inappropriée) ? Telles sont les questions sous-tendant ce projet.

En Suisse, les psychiatres jouent un rôle central dans la prise en charge médicale des personnes atteintes de troubles psychiques. La présente étude se penche donc sur le travail de ces spécialistes, qu’ils exercent en cabinet ou dans une institution. Les psychologues-psychothérapeutes ainsi que les médecins de famille font également partie du «noyau dur» du système de santé. Or, des études montrent qu’une partie des personnes souffrant de troubles psychiques ne font appel à aucun de ces professionnels. Il est donc primordial de savoir pourquoi.

Pour répondre à ces questions, notre équipe de recherche effectue, d’une part, un sondage écrit auprès des psychiatres et des médecins de famille. Nous menons, d’autre part, des discussions dans le cadre d’entretien individuels et de groupe avec différents publics cibles : les personnes concernées par la maladie, les professionnels intervenant dans l’orientation des personnes concernées vers uneprise en charge psychiatrique, les psychiatres et psychothérapeutes, ainsi que d’autres experts.

Equipe de chercheurs

Les chercheurs de BASS et de ZAHW travaillent en toute indépendance, de façon neutre et sans poursuivre d’objectif politique.

Protection des données

Il est prévu lors de l’entretien de vous appeler par votre prénom. Il est également possible, si vous le souhaitez, de ne pas mentionner du tout votre nom. Avant le début de l’entretien, il est prévu de se mettre d’accord ensemble sur ce point. Les informations que vous nous transmettrez durant l’entretien sont soumises à la loi sur la protection des données. Toutes les données vous concernant et servant à la rédaction du rapport seront anonymisées. Il ne sera ainsi pas possible de vous identifier.

Partager avec les autres

Shares

Article précédent

Article suivant

Article précédent

Article suivant

AUTRES ARTICLES

Continuer la lecture

De janvier à mars 2022, trois ateliers citoyens sur le thème des «Proches de personnes souffrant de troubles psychiques» permettront à tous ceux qui le désirent de s’exprimer sur le sujet.

19 janvier 2022

Le but est de collecter l’expertise des personnes concernées par la thématique et de la restituer durant le Congrès du Graap-Fondation, qui se tiendra en mai 2022. Les cantons suivants sont pressentis pour organiser des ateliers...

LIRE

A revoir : Webinaire « Bonnes pratiques en psychiatrie » ; une approche de la réadaptation et du rétablissement fondée sur la non-discrimination et les droits humains

18 décembre 2021

Michaela Amering est psychiatre et professeur à la division de psychiatrie sociale de l’université médicale de Vienne, en Autriche. Elle est partisane du concept et de la pratique du « trialogue », un cadre qui permet la communication...

LIRE

Vous avez été privé-e de contact au début d’une hospitalisation? Votre témoignage est utile !

10 décembre 2021

Interdiction d’avoir des contacts avec les parents/proches pendant 48 heures ou plus, ne pas être informé d’avoir droit à une personne de confiance, confiscation du téléphone sans mise en place d’un protocole pour ces mesures...

LIRE

EN SAVOIR PLUS

De qui est composé le comité ?

Trouvez plus d'information sur le sujet en suivant le lien ci-après